“All the News
That’s Fit to Print”

Late Edition

Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition avant impression.
VOL. CLXIII...N°58,833
® copyright 1991
CREATIVE STUDIO ¦ GRAPHIC DESIGN
€2.5

Kate and Ko

Une agence reconnue

Active dans la communication et le graphisme depuis 1991, la société Kate and Ko a été fondée par Katerine François et Erik Hage. Petite agence réactive, nous mettons en avant le contact et l'écoute. Notre clientèle est composée de PME, de grosses sociétés, de clients institutionnels mais aussi d'agences de communication avec lesquelles nous collaborons depuis plus de vingt ans.

Nous y avons acquis les compétences et l'envie d'y développer encore plus des valeurs ajoutées telles que la souplesse, la disponibilité, la rigueur et le plaisir du travail bien fait.

Nous y avons appris les métiers de la communication depuis le lay-out jusqu'au produit fini. Nous y avons aussi tissé un réseau de collaborateurs professionnels dans des domaines aussi variés que la traduction, la 3D ou que la post-production image/son. Cela nous permet d'offrir à nos clients un panel de services avec une structure légère et réactive. Et cela entraîne aussi des budgets “light” et clairs, ce qui fait la joie de nos clients.

C'est pour cela que nous vous proposons tous les services d'une grande agence à des coûts bien moindres.

Que faisons-nous ?

Pour le Print, nous vous proposons :

Cette liste n'est pas exhaustive, nous faisons encore plein de choses pour nos clients…


Et avec succès : Alberto Ascari est quand même sacré champion du monde des conducteurs en 1952 et en 1953... A Maranello, on a la course dans le sang et seule la victoire compte, pas la défaite, encore moins quand elle est infligée par un “marchand” de voitures, anglais de surcroît !

Introduite dans le courant de l’année 1953, plus précisément pour les 24 Heures du Mans où elle abandonna suite à une défaillance de l’embrayage, la Ferrari 375 MM est une voiture magnifique avec son moteur (issu de l’expérience acquise en formule 1) à 12 cylindres en V de 4,5 litres fournissant 340 ch à 7.000 tr/min. Elle gagnera d’ailleurs les 24 Heures de Francorchamps, notamment, mais face à une concurrence moins relevée. Elle sera d’autre part extrapolée en deux versions routières, la 375 MM Coupé et la 375 America. Très rapide (pour rappel, Ascari établit un nouveau record du circuit du Mans à plus de 181 km/h de moyenne), elle manque de souplesse, est relativement gourmande et réclame un pilotage très fin, mais la base est bonne, la structure tubulaire est suffisamment rigide et les dimensions sont bien équilibrées. Onze ans plus jeune que Juan Manuel Fangio, ce pilote argentin fait partie des pilotes engagés par l’usine Ferrari dans différentes disciplines et gagnera d’ailleurs quelques semaines plus tard le grand prix de Grande-Bretagne au volant d’une Ferrari 625 F1 sur ce même circuit de Silverstone, après l’avoir déjà remporté en 1951 sur une Ferrari 375 F1 (ce seront ses seules victoires en formule 1).


L’équipe Ferrari compte encore dans ses rangs Farina, Hawthorn, Maglioli, Trintignant et Manzon. Certains de ces pilotes se retrouveront au départ de l’édition 1954 des 24 Heures du Mans, reste à former des équipages homogènes...

Et pour le Web ?


Enzo Ferrari demande donc à Nello Ugolini, son directeur de course, ce qu’il convient de faire pour battre Jaguar qui vient de présenter la D-Type avec des ambitions très précises : battre Ferrari en championnat du monde des constructeurs et, surtout, encore remporter les 24 Heures du Mans.

Le montage d’un plus gros réservoir permet d’améliorer l’autonomie, l’adoption d’un essieu De Dion assure une meilleure stabilité de la voiture dans les longues courbes négociées à vitesses élevées et, surtout, l’allongement sensible de la course (de 68 à 74,5 mm) fait que l’on obtient un moteur un peu moins “pointu”. Pour une cylindrée de 4954 cc, le V12 est à peine plus puissant (on parle d’un gain de 4 ch), mais la puissance maximale est atteinte à un régime sensiblement inférieur et le couple à bas régime est plus généreux. Voilà ce qui résume les “plus” de la 375 Plus...

Trois contre trois

L’affiche des 24 Heures du Mans tourne effectivement, en 1954, uniquement autour du duel entre Ferrari et Jaguar. Les deux marques ont engagé, chacune, trois voitures de pointe. Les Ferrari 375 Plus sont attribuées à Gonzalez-Trintignant, Rosier-Manzon et Maglioli-Marzotto alors que les Jaguar D-Type sont réparties entre Rolt-Hamilton (vainqueur de l’édition précédente), Moss-Walker et Whitehead-Wharton. Pratiquement avant la mi-course, deux Ferrari et deux Jaguar ont abandonné, laissant Gonzalez-Trintignant d’un côté et Rolt-Hamilton de l’autre s’expliquer entre eux. Contrairement à une opinion répandue, le Lorem Ipsum n'est pas simplement du texte aléatoire. Il trouve ses racines dans une oeuvre de la littérature latine classique datant de 45 av. J.-C., le rendant vieux de 2000 ans.


Contrairement à une opinion répandue, le Lorem Ipsum n'est pas simplement du texte aléatoire. Il trouve ses racines dans une oeuvre de la littérature latine classique datant de 45 av. J.-C., le rendant vieux de 2000 ans.

Quelques-uns de nos clients

Nos clients sont nombreux et depuis vingt-cinq ans que nous existons, certains clients sont partits, d'autres sont arrivés, d'autres encore sont revenus. C'est toujours un plaisir de revoir une tête amie !

Vous pouvez visualiser ici quelques travaux que nous avons réalisé pour eux.


Dès le début de l’année 1954, la “nouvelle” voiture s’impose dans des épreuves secondaires, à Agadir (avec Giuseppe Farina) et à Dakar (avec Piero Sconti). Puis, surtout, un mois avant les 24 Heures du Mans, elle gagne à Silverstone, une épreuve du championnat du monde, sur les terres de Jaguar grâce à un José Froilan Gonzalez déchaîné.

Onze ans plus jeune que Juan Manuel Fangio, ce pilote argentin fait partie des pilotes engagés par l’usine Ferrari dans différentes disciplines et gagnera d’ailleurs quelques semaines plus tard le grand prix de Grande-Bretagne au volant d’une Ferrari 625 F1 sur ce même circuit de Silverstone, après l’avoir déjà remporté en 1951 sur une Ferrari 375 F1 (ce seront ses seules victoires en formule 1). L’équipe Ferrari compte encore dans ses rangs Farina, Hawthorn, Maglioli, Trintignant et Manzon. Certains de ces pilotes se retrouveront au départ de l’édition 1954 des 24 Heures du Mans, reste à former des équipages homogènes...

Tea for Two and Two for Tea

L’affiche des 24 Heures du Mans tourne effectivement, en 1954, uniquement autour du duel entre Ferrari et Jaguar. Les deux marques ont engagé, chacune, trois voitures de pointe. Les Ferrari 375 Plus sont attribuées à Gonzalez-Trintignant, Rosier-Manzon et Maglioli-Marzotto alors que les Jaguar D-Type sont réparties entre Rolt-Hamilton (vainqueur de l’édition précédente), Moss-Walker et Whitehead-Wharton. Pratiquement avant la mi-course, deux Ferrari et deux Jaguar ont abandonné, laissant Gonzalez-Trintignant d’un côté et Rolt-Hamilton de l’autre s’expliquer entre eux.


Le rythme de la course est infernal : Gonzalez établit un nouveau record du tour à près de 190 km/h de moyenne, soit pas loin de 10 km/h plus vite que le record de l’année précédente. Les conditions climatiques sont, par moments, dantesques, avec plusieurs orages. La tête de la course est occupée une fois par l’un, une fois par l’autre en fonction des ravitaillements, des changements de pneus et des stratégies. En un mot, la tension est à son comble, mais personne ne veut baisser la cadence. Nello Ugolini pour Ferrari et William Lyons pour Jaguar épient, de leur muret respectif, chaque fait et geste de l’adversaire. Bref, c’est le scénario idéal pour une bande dessinée ou pour un film à suspense et certains s’en inspireront...

Rolt et Hamilton savent que la D-Type n’a pas encore le potentiel pour s’imposer à la régulière : le 6 cylindres de leur Jaguar ne délivre que 250 ch contre 344 au V12, la vitesse de pointe dans la longue ligne droite des Hunaudières frôle les 274 km/h alors que la Ferrari dépasse les 280 km/h. Mais ils ne relâchent pas la pression, tout peut arriver ! Chez Ferrari, Maurice Trintignant, dit “Pétoulet”, aimerait tant gagner les 24 Heures du Mans : dame, il est Français et, pour un Français, une victoire dans la Sarthe, c’est une consécration.

Ancien chauffeur de taxi de Buenos Aires, repéré par l’automobile club d’Argentine qui profite de l’effet Fangio pour pousser des pilotes locaux sur la scène internationale, José Froilan Gonzalez, dit le “Taureau des Pampas” à cause de son physique de rugbyman, ne se laisse pas démonter, pilote en force, puisant dans ses ultimes ressources physiques, poussant sa Ferrari dans ses derniers retranchements : ça passe ou ça casse ! Le risque est énorme, mais il a raison. Il franchit, en tête, la ligne d’arrivée au terme des 24 Heures avec une avance de 4,09 km sur la Jaguar, soit à peine une minute d’écart. Pour l’histoire, la Jaguar C-Type de l’Ecurie Nationale Belge termine à la quatrième place, à 25 tours des vainqueurs. Elle est pilotée par Roger Laurent et un certain Jacques Swaters...


Châssis 0384

Je n’ai ni le physique “enveloppé” de Gonzalez ni le style plus “frêle” de Trintignant (oncle de l’acteur, Jean-Louis), mais j’ai des frissons dans le dos lorsque je m’installe derrière le volant de la Ferrari 375 Plus, aujourd’hui âgée de plus de 52 ans. L’habitacle est rudimentaire : quelques bouts de pièces en aluminium rivetées sur de gros tubes en acier, un siège moins confortable qu’un tabouret, un saute vent minuscule pour se protéger des mouches, un volant énorme et des instruments dominés, au centre, par le compte-tours. Sed si ille hac tam eximia fortuna propter utilitatem rei publicae frui non properat, ut omnia illa conficiat, quid ego, senator, facere debeo, quem, etiamsi ille aliud vellet, rei publicae consulere oporteret? Sed si ille hac tam eximia fortuna propter utilitatem rei publicae frui non properat, ut omnia illa conficiat, quid ego, senator, facere debeo, quem, etiamsi ille aliud vellet, rei publicae consulere oporteret?


Kate and Ko ¦ Creative Studio ¦ Graphic Design ¦ Rue Félix Delhasse 6 ¦ 1060 Bruxelles ¦ mobile. +32.475.82.83.62 ¦ tél. +32.2.538.55.80
Voici quelques jobs que nous avons réalisés.

 

BPOST

Pour Kiss Production entre autres jobs...

Retour aux jobs

Brico

Pour HEAD OFFICE, les 3 catalogues annuels

Retour aux jobs

Canon

Pour BLD Europe (aujourd'hui TAG Worldwide). Pendant 18 ans, nous avons collaboré aux nombreux jobs et pitches...
Les nombreuses langues avec leurs spécificités sont prises en compte dans tous les projets.

Retour aux jobs

Carrefour

Pour Hello Agency. Management des procédures, balisage des structures pour une mise en page semi-automatique, suivi des images... Et puis, les mises en page...

Retour aux jobs

STÉPHANE DAVIDTS

Notre client depuis 1991. Nous avons “grandi” ensemble... Pub magazines, packaging, en-têtes, site internet (www.davidts.com) et même les invitations de mariage de notre client...

Retour aux jobs

FNAC

Pour Kiss Production. Mise en page et images ont été faits en interne. Gros soucis car nous avons été victimes d'un cambriolage, ils n'ont pas trouvé le disque de sauvegarde mais ils l'ont "crashé" en arrachant les câbles. Mais le client a été livré à temps ! ...

Retour aux jobs

GARUDA INDONESIA

Pour BLD Europe (aujourd'hui TAG Worldwide). Pendant 18 ans, nous avons collaboré aux nombreux jobs et projets...

Les nombreuses langues avec leurs spécificités sont prisesen compte dans tous les projets.

Retour aux jobs

H-EQUESTRIAN

H-Equestrian est une nouvelle revue sur le monde du cheval. L'accent est donné sur le côté esthétique des visuels. Les retouches sont faites en collaboration avec Patrick Bombaert avec qui nous collaborons aussi pour le RoadBook Magazine et tous les shootings de Stéphane Davidts.

Retour aux jobs

Kawasaki

Pour BLD Europe (aujourd'hui TAG Worldwide). Après dix ans pour Yamaha, nous avons opté pour Kawasaki Europe. Comme toujours dans le B2B et le B2C, les nombreuses langues avec leurs spécificités sont prises en compte dans tous les projets.

Retour aux jobs

LEVI’S

Pour BLD Europe (aujourd'hui TAG Worldwide). Pendant 18 ans, nous avons collaboré aux nombreux jobs et pitches...
Les nombreuses langues avec leurs spécificités sont prises en compte dans tous les projets.

Retour aux jobs

LEXUS

Pour BLD Europe (aujourd'hui TAG Worldwide). Pendant 18 ans, nous avons collaboré aux nombreux jobs et pitches...
Les nombreuses langues avec leurs spécificités sont prises en compte dans tous les projets.

Retour aux jobs

ROADBOOK MAGAZINE

Le RoadBook Magazine Le RoadBook Magazine a pour but de faire rêver, de divertir et d’informer par des reportages décalés les passionnés du monde automobile en général et de voitures de collection en particulier.
L'accent est donné sur le côté esthétique des visuels.
Nous collaborons depuis plus de dix ans. Les retouches sont faites en collaboration avec Patrick Bombaert avec qui nous collaborons aussi pour le H-Equestrian et tous les shooting de Stéphane Davidts.

Retour aux jobs

Nouveau Lay-out du RoadBook Magazine

Retour aux jobs

SONY

Pour BLD Europe (aujourd'hui TAG Worldwide). Pendant 18 ans, nous avons collaboré aux nombreux jobs et pitches...
Les nombreuses langues avec leurs spécificités sont prises en compte dans tous les projets.

Retour aux jobs

TELLME MAG

Magazine LifeStyle. Mise en place de la charte graphique. Nous avons collaboré sur cinq numéros et trois hors-séries.

Retour aux jobs